"Lors de paniers décisifs, les réalisateurs misent sur le ralenti. Entre prières et encouragements, les visages sont suspendus à l'action. Le geste du héros fabrique un suspense sans attente. La récompense lui tend les bras dès lors qu'il accepte son statut. Cette victoire est célébrée. Elle l'embrasse et il sourit. Cette victoire est la dernière. Le joueur a beaucoup transpiré, il quitte le terrain. Les sportifs à la retraite sont jeunes et riches, Yoan Sorin est tout l'inverse. Le jeu s'est stabilisé. Sans attaque ni défense, le mouvement s'est arrêté. Faute d'acteurs et non de spectateurs, le ballon reste à terre. Il a mis fin à sa carrière. Après toutes ces années d’exercices, la peau se repose. L'homme se cogne, touche le sol mais triomphe. Dorénavant, l'attention n'est plus porté au score mais à la composition. Reste à savoir si il s'agit de la mi-temps ou du coup de sifflet final."

Pauline Bordaneil

 


Vue de l'exposition. crédit photo : Joaquin Ruina


"starting five", maillots, peinture, 2015. Crédit photo : Joaquin Ruina


Vue de l'exposition. crédit photo : Joaquin Ruina


"Bling-bling", platre, aluminium, bambou, tissu, 3 x (10x14cm), 2015. crédit photo : Joaquin Ruina


"Black or white", liste exhaustive de sportifs, 5 feuilles A3, 2015. crédit photo : Joaquin Ruina


Détail. crédit photo : Joaquin Ruina


Détail. crédit photo : Joaquin Ruina


Détail. crédit photo : Joaquin Ruina


Détail. crédit photo : Joaquin Ruina


Détail. crédit photo : Joaquin Ruina

Détail. crédit photo : Joaquin Ruina


"Sans titre", ballon pelé sur socle, 30x100cm, 2015. crédit photo : Joaquin Ruina


"Wait and see", structure tubulaire et objets divers, dimensions variables, 2015. crédit photo : Joaquin Ruina

lien permanent